Publié le
19.11.2020 à 17h15
par
Christian Djimadeu

Elle avoue avoir tenté d’instrumentaliser l’opinion avec une histoire de perte de ses enfants dans la crise sécuritaire actuelle dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

Présentée comme une victime de la crise anglophone, la nommée Stéphanie Djomo qui a suscité la compassion des téléspectateurs d’Equinoxe télévision se dédie. Après exploitation par les forces de l’ordre, la dame fait un rétropédalage sur l’antenne du Poste national de la CRTV.

Elle  raconte comment et pourquoi elle a inventé l’histoire  de la perte de ses jumeaux  sur le théâtre de la crise dans le Nord-Ouest le Sud-Ouest.  «J’ai rejoint un groupe qui pleure les enfants du NOSO (Nord-Ouest et Sud-Ouest) et nous avons fait des sorties où on a pleuré dans plusieurs carrefours, jusqu’au jour où on nous annonce qu’on doit se retrouver à Equinoxe. C’est ainsi que je me retrouve sur le plateau d’Equinoxe et je partage cette histoire qui n’est vraie», raconte-elle.

«Je n’avais jamais mis dans ma tête de me retrouver dans un plateau de télévision, ça ne m’avait jamais traversé l’esprit. Oui, je me suis retrouvé là. Je regrette, j’ai même très mal. J’en souffre énormément de jour comme de nuit. Croyant bien faire, j’ai blessé», confesse dame Djomo qui a été remise en liberté dans la soirée du 18 novembre 2020.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici