Après la mise en place des commissions, le Premier ministre, cheville ouvrière de ces assises a nommé George Ewane, comme porte-parole. Les échanges se feront en séances plénières et en commissions. Pour mener à bien les travaux, le programme a été détaillé ainsi qu’il suit.

Le premier jour, c’est-à-dire le lundi 30 septembre, 1 000 personnes seront au Palais des Congrès de Yaoundé pour la cérémonie solennelle d’ouverture du Grand Dialogue national, avec comme articulations principales l’allocution du délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé (Cuy) et le discours du Premier ministre qui va donner les grandes orientations. Suivra la première séance plénière ponctuée par un débat général tout au long de la journée qui va s’achever par la constitution des commissions.

Les journées de mardi et mercredi seront quant à elles uniquement réservées aux travaux en commissions. Au total, près de 500 personnes y sont attendues. Ce sont entre autres, des parlementaires, hommes politiques, leaders d’opinion, intellectuels, opérateurs économiques, autorités traditionnelles et religieuses, leaders de la diaspora, représentants des forces de défense et de sécurité, ainsi que les représentants des groupes armés et ceux des victimes de la crise dans le Nord-ouest et le Sud-ouest. L’objectif étant de donner la parole à un public représentatif des composantes sociales du pays.

Jeudi, la deuxième séance plénière se tiendra pour la présentation des rapports de ces travaux. Les participants vont par la suite examiner, amender puis adopter le rapport final du Grand Dialogue national. Lequel sera lu par le rapporteur général, vendredi dès 11 heures, lors de la séance solennelle de clôture toujours présidée par Joseph Dion Ngute.

À signaler que les enregistrements des participants commencent dimanche 29 septembre sur le lieu de la tenue du Dialogue (Palais des Congrès).

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici