La Côte d’Ivoire et la France ont signé vendredi quatre conventions (C2D + Prêt souverain AFD) de 91,58 milliards Fcfa dont une trentaine de milliards destinée à construire à Bouaké, dans le Centre ivoirien, le plus grand marché ouvert de l’Afrique de l’Ouest.La signature des quatre conventions représentant 12,94 milliards Fcfa pour le Contrat de désendettement et de développement (C2D) et 78,64 milliards Fcfa pour le Prêt souverain de l’Agence française de développement (AFD) a été faite à la Primature, le Cabinet du Premier ministre ivoirien.

Le ministre ivoirien de l’Économie et des finances, Adama Koné, a, pour le compte de l’Etat de Côte d’Ivoire paraphé le document de conventions, tandis que la partie française était représentée par l’ambassadeur de la France en Côte d’Ivoire, Gilles Huberson.

Deux projets sont notamment financés sur le 2è C2D, à savoir le Projet d’accompagnent à la réinsertion des militaires d’un coût de 6,56 milliards Fcfa et le Projet du Fonds d’études et pilotage du 2è C2D visant à financer des études déjà identifiées pour 6,36 milliards Fcfa.

Deux autres projets sont financés sur le Prêt souverain de l’AFD, notamment le Prêt de politique publique dans le secteur de l’éducation qui se traduit par un appui budgétaire de 19,60 milliards Fcfa et le Projet de construction des marchés de Bouaké et de Yopougon (Ouest Abidjan) d’un coût de 59,04 milliards Fcfa.

M. Huberson a indiqué que pour le marché de Bouaké, la métropole du centre ivoirien, « il s’agira du plus grand marché ouvert de l’Afrique de l’Ouest » qui devrait permettre d’accueillir des milliers de commerçants.

Le Premier ministre ivoirien, chargé du Budget et du portefeuille de l’Etat, Amadou Gon Coulibaly, a salué cet appui de la France en faveur de la Côte d’Ivoire qui témoigne « de l’excellence et de la qualité de la coopération bilatérale » entre Abidjan et Paris.

Il a souligné que ces accords de financements visent notamment à accélérer la réalisation de projets structurants dans les secteurs de la défense et de la sécurité, ainsi que de l’éducation, de la décentralisation et du commerce.

Sur la question du délai de démarrage des travaux de construction des marchés, M. Gon Coulibaly a souhaité que « cette année » les travaux puissent être lancés avec la pose de la première pierre dans les meilleurs délais voire avant fin 2019.

En marge de la cérémonie, le maire de Bouaké Nicolas Djibo, s’est dit « heureux » de cet prêt qui devrait permettre la création des infrastructures pérennes devant améliorer les conditions de réalisation du commerce de détail et demi-gros dans sa commune.

Le projet de Bouaké a deux composantes, « la première concerne les bâtiments du marché et on a profité de la reconstruction de ce marché pour revoir l’aménagement des abords du marché et du centre-ville », a dit M. Djibo.

Ce projet « ambitieux va coûter, y compris les études, une trentaine de milliards de Fcfa », a-t-il renseigné, ajoutant que le marché va s’étendre sur plus de huit hectares bâtis et permettra d’installer 10 000 commerçants dont 8 000 sur le grand marché et 2 000 sur un marché annexe où il sera produit et vendu les encombrants (quincaillerie, menuiserie…).

a annonce le Journal du Cameroun.com

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici