Alors qu’en France le débat se poursuit sur les effets positifs de la Chloroquine pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, l’Algérie a décidé de franchir le pas. Abderrahmane Benbouzid le ministre de la santé, de la population et de la réforme hospitalière algérien a annoncé hier, 23 mars, sans le citer que son pays aurait recours à la Chloroquine pour le traitement des malades atteints de l’épidémie du coronavirus, Covid-19.

Abderrahmane Benbouzid a déclaré à l’ENTV . que « Se basant sur l’expérience de certains pays, la commission scientifique a décidé de mettre en œuvre un nouveau protocole de traitement, basé sur un médicament produit localement et importé. Il sera prescrit aux cas confirmés et il est disponible en quantités suffisantes ». Le produit en cause est la Chloroquine, un antipaludique défendu par le professeur français Didier Raoult, un infectiologue de renom international, directeur de l’institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille en France.

Didier Raoult a procédé à des tests et en raison de leurs résultats positifs, il a décidé d’administrer de la chloroquine aux malades du Covid-19 qui venaient le solliciter. Selon ses tests, sur 24 malades, les trois quarts n’étaient plus porteurs après six jours de traitement.

En France, le débat agite la communauté scientifique, une partie des éminences souhaitant que l’on procède méthodiquement, avec des tests suivant la rigueur habituelle avant tout validation et mise sur le marché d’un nouveau médicament. Mais Didier Raoult est dans une stratégie plus agressive face au virus, face à la réalité de l’épidémie qui progresse à grande vitesse il préconise d’arrêter de s’affoler et de détecter les malades sans attendre que leur cas s’aggrave pour mieux les traiter, à l’aide de la Chloroquine. Les effets secondaires du médicament existent, ils sont connus car son utilisation en Afrique depuis 40 ans a permis d’évaluer son impact.

La Chloroquine ne coute rien et est déjà largement utilisée dans le monde

Autre avantage de la Chloroquine, elle est facilement disponible (Nivaquine ou Plaquenil par exemple) et ne coûte presque rien. Une sorte de produit miracle. Mais attention, pour qu’il soit efficace, il faut commencer le traitement au début de l’infection, après cela n’a plus d’efficacité et tous les patients ne le supportent pas de la même façon, donc il faut obligatoirement le suivi d’un médecin.

En parallèle, le Haut conseil de sécurité d’Algérie de lutte contre le coronavirus a décrété dix jours de confinement complet pour la wilaya de Blida et un couvre feu de 19 heures à 7 heures pour la wilaya d’Alger.

Source : AFRIK

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici