Ces mots du Premier ministre chef du gouvernement camerounais ont été prononcés à l’ouverture du dialogue national ce lundi, au palais des congrès.

Les assises du dialogue national sont ouvertes. Le Premier ministre Joseph Dion Ngute a réitéré lundi le désir du gouvernement d’en finir avec la crise qui mine les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis la fin de l’année 2016.

« Ce dialogue nous offre l’opportunité de trouver, dans l’exemplarité des pères fondateurs de notre pays, la force de transcender notre violence », a-t-il déclaré devant un panel de personnalités composé de membres du gouvernement, parlementaires, autorités traditionnelles, religieuses et administratives, membres de l’opposition, d’anciens combattants sécessionnistes…

« Je mesure la responsabilité historique qui nous incombe face à nos enfants, à nos petits-enfants et aux générations futures, souligne Joseph Dion Ngute. En décidant de convier les forces vives à ce grand dialogue national, le président Paul Biya rend chacun de nous entièrement responsable du destin de notre patrie »,

Les travaux du palais des congrès portent sur la décentralisation, le bilinguisme et la cohésion sociale, le retour des réfugiés et  personnes déplacées, le développement des régions affectées par les conflits, le rôle de la diaspora dans le développement local.

Le chef de l’Etat, Paul Biya, ne prend pas part auxdites assises.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici