Centre de quarantaine contre le coronavirus ; INJS Institut National de la Jeunesse et des Sports d’Abidjan


Il y a seulement trois jours, le gouvernement ivoirien avait décidé, par un décret présidentiel, la mise en quarantaine systématique des voyageurs venant des pays comptant plus de 100 cas d’infections au Coronavirus pour un délai de 14 jours, dans un centre réservé à cet effet, à Abidjan. Il vient de faire marche arrière rendant sa politique en matière sanitaire assez floue.

Lundi 16 mars, le gouvernement ivoirien avait décrété la mise en quarantaine, dans un centre spécifique, pour un délai de quatorze jours, de tous les voyageurs internationaux en provenance de pays comptant plus de 100 cas de malades du Coronavirus. Seulement, à la surprise générale, le gouvernement s’est ravisé, seulement 48 heures après cette annonce. Le confinement des voyageurs se fera désormais à domicile, c’est le nouveau choix de la Côte d’Ivoire. Parallèlement, les vols en provenance des pays en question seront suspendus dès vendredi, à 00 heure.

Selon les informations de RFI, de nombreux passagers provenant notamment de Chine et de France n’ont pas été mis en quarantaine ; une situation qui suscite une grosse polémique actuellement sur le territoire ivoirien. L’échec du confinement est dû au fait que la loi n’a pas été appliquée pour tous. En effet, alors que les voyageurs lambda étaient conduits à l’INJS (Institut National de la Jeunesse et des Sports d’Abidjan), un centre dédié, les personnalités ou leurs filiations et proches pouvaient, quant à eux, contourner le dispositif et rentrer directement chez eux. Une discrimination qui a suscité la colère de plus d’un en renvoyant à la célèbre fable de La Fontaine,  » Selon que vous serez puissant ou misérable Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. »

Confinement et suivi médical à domicile

En plus de cette discrimination, les passagers du vol Air France confinés à l’INJS se sont plaints des conditions plus ou moins déplorables dans lesquelles ils étaient gardés, rappelant en cela le scandale qui secoue actuellement le Maroc et qui a entrainé le limogeage d’un directeur d’hôpital. D’après les informations fournies par une passagère contactée par RFI, il y aurait des dizaines d’enfants, de femmes et d’hommes au centre et aucun d’entre eux n’aurait été testé à leur arrivée. « … A l’INJS, il n’y avait pas de médecin pour nous prendre en charge. Il n’y a même pas de gel hydro-alcoolique », a-t-elle déclaré.

Mercredi matin, les passagers gardés en quarantaine ont crié leur frustration sur les réseaux sociaux. Leur plainte est parvenue aux autorités du pays, car, en mi-journée, Eugène Aka Aouélé, ministre de la Santé de Côte d’Ivoire, est allé faire le constat. C’est suite à cette visite que la décision du lundi a été révoquée.

Cette impréparation et ce manque de discipline laisse entrevoir les difficultés auxquelles le continent pourrait faire face au cas où la maladie connaîtrait une avancée exponentielle. Aujourd’hui, le continent africain compte plus de 700 personnes touchées par le Covid-19.


Source : AFRIK

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici