Aux Comores, le gouvernement a pris des mesures pour éviter la contagion du coronavirus à la population. Tous les voyageurs en provenance de la Chine devront ainsi observer quatorze jours de quarantaine avant de pourvoir être libérés s’ils ne présentent aucun symptôme de la maladie au cours de la période d’isolement. Un site a d’ailleurs déjà été créé pour l’occasion. Plusieurs familles sont inquiètes quant au sort des étudiants restés en Chine.

Sur les réseaux sociaux, les critiques se font de plus en plus vives. Des vidéos du site d’isolement qui abritera les personnes qui observeront la quarantaine dans un lieu circulent sur les réseaux sociaux et suscitent l’indignation de milliers d’internautes. Le lieu est situé à plusieurs dizaines de kilomètres au nord de Moroni, la capitale du pays.

Outre le problème de la cohabitation entre femmes et hommes, les arrivées par vagues sont contestées. Pour la première vague, il y avait cinq personnes, mais aujourd’hui elles sont au nombre douze et d’autres suivront certainement. Le site d’accueil est un logement militaire qui abritait une famille de 4 à 5 personnes.

Les conditions de vie et d’hygiène sont déplorables. Les internautes dénoncent aussi le risque, pour les personnes gardées, de se transmettre le virus en raison de la promiscuité que l’on remarque dans les vidéos. Le gouvernement admet que les conditions de vies dans ces centres d’isolement ne sont pas excellentes et promet de les améliorer au fur et à mesure.

Les autorités travailleraient d’arrache-pied pour trouver de nouveaux locaux et demandent l’aide de l’Organisation Mondiale de la Santé pour améliorer les conditions de vie des isolés. Aussi, rassure-t-il quant au fait que des démarches sont en cours pour trouver, avec le gouvernement chinois, des solutions pour les étudiants qui sont restés bloqués en Chine.

Il convient de rappeler que dans un élan de solidarité, l’Amicale Comores-Chine a donné 100 euros à la Chine pour lutter contre le Coronavirus. Cette information a légèrement été tronquée, laissant plus d’un penser qu’il s’agissait d’une aide du gouvernement.


Source : AFRIK

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici