Le président de la République vient de décider la libération de responsables et militants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun.

Le président de la république du Cameroun vient d’ordonner, ce 04 septembre 2019, de l’arrêt des poursuites contre pendantes devant le tribunal militaire  contre certains responsables et militants de partis politiques et notamment du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) arrêts et détenus dans le cadre de la contestation des résultats de la récente élection présidentielle.

Dans le cas d’espèce, Maurice Kamto, président national du Mrc arrêté fin janvier et Mamadou Mota, vice-président incarcéré depuis juin devraient être concernés par le mesure.

Tout comme Albert Dzongang, Paul Eric Kingue ou encore Christian Penda Ekoka, tous allié du Mrc lors de l’élection présidentielle d’octobre 2018 et incarcérés depuis le 28 janvier 2019 pour avoir apporté leur caution à une marche interdite par le gouvernement.

Cette décision intervient au dernier jour du « Grand dialogue national » convoqué par le président Paul Biya pour mettre fin à la crise anglophone.

Le 3 septembre, Paul Biya avait déjà ordonné l’arrêt des poursuites contre 333 combattants sécessionnistes.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici